Épidémie et recherche académique

Dès qu'il a été évident que l'épidémie de Covid-19 serait un événement majeur, de très nombreux projets de recherche se sont mis en place, encouragés par un appel dédié de l'ANR. Au 11 mai 2020, une recension fait état de pratiquement une centaine de projets rien qu'en sciences humaines et sociales. Parallèlement, j'ai vu passer un grand nombre de questionnaires en ligne examinant de multiples aspects de nos réactions à la situation. À mes yeux, l'épidémie a ainsi joué le rôle d'une loupe sur le fonctionnement actuel de la recherche en France, tant sur ses forces que sur certains de ses travers.

→ Lire la suite

précédemment

Un triste avenir pour les classes moyennes

À l'occasion d'une discussion sur Twitter, je me suis pris à réfléchir aux trajectoires possibles des niveaux de vie dans un contexte de transition écologique. Je partage ici quelques idées, qu'il ne faudra pas considérer avec plus de sérieux que des considérations écrites au fil du clavier. Je vais sans doute enfoncer quelques portes ouvertes, au passage.

En quelques mots : il me semble que les conséquences de la transition écologique vont peser sur le niveau de vie des classes moyennes, et particulièrement des classes moyennes inférieures dont on a vu lors de la récente crise des Gilets jaunes combien elles se sentent déjà fragilisées.

→ Lire la suite

Portrait d'un écart salarial

À la lecture hier d'un portrait dans Le Monde, je suis resté perplexe sur le traitement qui y est fait des écarts de salaires liés à l'orientation.

→ Lire la suite

De l'inconvénient cognitif des pédagogies actives

Deslauries et al. 2019, Figure 1, sept. 2019

J'ai vu passer aujourd'hui sur Twitter un article montrant un résultat apparemment contradictoire : dans une expérience randomisée, les étudiants apprennent mieux avec des pédagogies actives (où ils construisent eux-mêmes une partie du contenu), mais estiment apprendre moins que dans des cours magistraux.

On savait déjà que les évaluation des enseignants et des enseignements par les étudiants ne sont pas d'une grande utilité pour évaluer la qualité des cours (en particulier, elles ont une corrélation nulle, voire négative, avec les performances mesurées des étudiants). Cet article en donne une illustration remarquable sur le front des méthodes pédagogiques.

→ Lire la suite

Une dictature du bien-être ?

Je suis en train de lire l'ouvrage à charge Happycratie contre, pêle-mêle, la psychologie positive, l'économie du bien-être et le secteur économique du développement personnel (Mindfulness, coachs de vie, etc.). Je ne vais pas faire ici une critique en règle de l'ouvrage (spoiler : la lourdeur du parti-pris idéologique annule ce qu'une analyse proprement sociologique de ce mouvement a d'intéressant), mais l'utiliser comme prétexte pour raconter ce que j'en ai vu lors de mes années dans le secteur privé - témoignage hautement subjectif donc, sans aucune prétention à une quelconque représentativité.

→ Lire la suite